M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Groupe 1981 monte en puissance Le premier groupe français de radios indépendantes, basé à Orléans, vient de reprendre le réseau Ouï FM racheté à AWPG, la société d’Arthur, et se positionne en force sur le DAB+ après une nouvelle vague d’attribution…
Les Assises au menu Lors du déjeuner du club à Tours en avril, les échanges ont porté sur le bilan des Assises du journalisme. L'organisateur Jérôme Bouvier a donné les dates de l'édition 2020.
Chambord multiplie les (jolis) coups Le domaine national de Chambord a multiplié ses actions de communication pour les 500 ans du château et de la Renaissance. Les résultats sont là : top 1 des influenceurs de la museum week et coup de coeur du magazine Stratégies…

ÉDITO - Urgence

Publié par Matthieu Pays le 21/12/2018
 

Il y aura beaucoup à retenir et beaucoup à réfléchir après la crise des Gilets jaunes. Pour le monde politique, bien sûr mais, au-delà, pour tous ceux qui interviennent, de près ou de loin, dans le fonctionnement de notre démocratie. Et donc en premier lieu, pour nous journalistes et acteurs du monde de la communication. Dès son déclenchement, cette crise nous a remis en question. Venue de Facebook, elle est passée d’abord bien à l’écart des radars médiatiques. Comment ne pas se rappeler les commémorations de mai 68, il y a six mois à peine où nous expliquions, à longueur de colonnes et d’éditos que non, vraiment, la France était bien loin de pouvoir revivre une telle montée de fièvre. Même si elle n’a rien à voir dans le fond, la crise des Gilets jaune n’a pas grand chose à envier aux événements de mai en terme d’intensité. Et nous n’avons rien vu venir.

Sur son traitement, ensuite, nous avons à nous interroger. Les fausses nouvelles qui se propagent plus vite que les vraies, les leaders auto-proclamés qui envahissent les plateaux, les directs interminables et vides de sens qui prennent toute la place… La crise des Gilets jaune est une crise de la déconnexion. Déconnexion entre une large partie de la population et les représentants politiques, mais aussi l’univers médiatique, jeté dans le même sac. Retrouver du sens, de la proximité, réinventer nos formats et réaffirmer nos exigences, ce moment violent de notre histoire nous en a rappelle l’urgence absolue.