M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Attentats, suicides, maladies : comment traiter du sensible ? Face à l’indicible, comment avoir la distance et la pudeur nécessaire pour informer sans voyeurisme ? Un défi à l’heure de la surenchère à l’émotion amplifiée par l’omniprésence des chaînes télé d’infos en continu.…
Les femmes dans les médias: bientôt l’égalité ? A l’occasion du débat sur les femmes dans les médias sur la 12ème édition des Assises du journalisme, Elsa Freyssenet, grand reporter, est venue témoigner de l’action des femmes de la rédaction des Echos pour l’égalité…

Journalistes otages

Publié par Gérard Bardin le 13/05/2011

Coup de pouce contre 500 jours

Vendredi 13 mai, la détention des deux journalistes de France3 , Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, et de leurs trois accompagnateurs afghans entrera dans son 500ème jour ! A l’occasion d’un anniversaire douloureux qui inscrit ces prisonniers dans la triste cohorte des otages au « long cours », le Comité national de soutien prend plusieurs initiatives pour prévenir l’oubli. Le Club de la presse Val de Loire prolonge l’une d’elles en association avec le Conseil régional, partenariat noué depuis octobre dernier et perpétué par l’affichage constant de la photo des deux journalistes dans le hall d’accueil de l’hôtel de région à Orléans.
Il s’agit de l’opération « coup de pouce aux otages » consistant à poser l’empreinte de son pouce, accompagnée éventuellement d’une signature, sur un registre qui sera adressé au ministère des Affaires étrangères. Cet appel à la mobilisation revêt une forme d’autant plus pressante que depuis novembre dernier on est sans nouvelle du sort des otages : ni preuve de vie, ni information véritable relative à la situation des négociations censées se poursuivre avec les Talibans.
Or, l’actualité vient de renforcer l’inquiétude née de ce vide relationnel. A ceux qui ont envisagé précipitamment que la mort d’Oussama Ben Laden affaiblissait Al-Qaida et favoriserait la voie des transactions en vue de la libération des otages, beaucoup d’autres opposent la thèse inverse : à savoir celle de la vengeance et des représailles.
Il s’avère en conséquence essentiel et urgent d’inciter les négociateurs à aboutir au plus vite. Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière , en reportage en Afghanistan pour l’émission « Pièce à conviction » au moment de leur capture, ne sont pas coupables d’imprudence, comme certains l’ont laissé entendre pour justifier par avance leur éventuelle impuissance à les délivrer. Ils étaient ces journalistes qui, dans un pays en guerre, servent de regard aux démocrates soucieux de connaître la vérité. Surtout lorsque leur propre pays se trouve impliqué dans le conflit. Ce qui est le cas en Afghanistan.
Le retour à la liberté de Stéphane et Hervé est notre liberté.