M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Une petite musique Édito par Matthieu PAYS
Annuaire des médias, nouveau site du Club : les chantiers sont lancés Ca y est, c’est parti ! En cette rentrée, le Club de la Presse vient de lancer deux chantiers d’envergure qui concernent, l’un comme l’autre, ses publications.
Prix du Livre d'actualité du CPCVL : Caroline Langlade distinguée pour Sortie(s) de secours Pour sa première édition, le Prix du Livre d'actualité du Club de la presse CVDL sera remis le 13 octobre prochain à Caroline Langlade, auteur de Sortie(s) de secours (Ed. Robert Laffont), lors du Salon du Livre de Saint-Doulchard…
Les projets et chantiers de l'université avec Philippe Vendrix Devant une bonne quarantaine d'adhérents du Club, le président de l'université de Tours Philippe Vendrix a balayé l'actualité étudiante, et politique le 6 septembre dernier aux Belles Caves à Tours. Voici ce que nous en avons…

Disparition de Guy Bonnet

Publié par Alexia Mellier le 10/01/2018
 

Peu de temps après la disparition de François Régis Hutin, patron de Ouest-France, un autre grand journaliste a tiré sa révérence. Guy Bonnet est mort le 3 janvier à l’âge de 94 ans. Une belle carrière, une longue vie ponctuée de jours glorieux ou bien moins.
Dès l’âge de 19 ans, Guy Bonnet est entré dans la résistance, intégré aux maquis FTP. Puis il rejoint la première armée française comme volontaire, deux actes qui lui vaudront d’être décoré de la croix des Combattants volontaires de la Résistance et de l’Ordre national du mérite.
Après la guerre, il écrit plusieurs ouvrages : « Vichy et l’Occupation », « Les Ponts de la Loire en 1940 » ou « La Touraine autrefois ». Dès 1956, Guy Bonnet entre comme journaliste à La Nouvelle République à Châteauroux dans l’Indre puis il arrive à Tours où il occupe plusieurs postes. A 47 ans, il est nommé rédacteur en chef de La Nouvelle République. Le journal garde en mémoire « Son visage [qui] s’éclairait souvent d’un sourire bienveillant ».