M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Assises 2018 - Conférence Science, santé, complexité : A qui profite le doute ? Dans le cadre des Assises du journalisme, vendredi 16 mars 2018, s'est tenue une conférence sur le thème "Science, santé, complexité : à qui profite le doute ?"
Assises 2018: Presse Club avec Yolaine de La Bigne "sois belle et bats-toi!" Pour le 3ème Presse Club des #Assises2018, Matthieu Pays recevait Yolaine de La Bigne chroniqueuse sur Sud Radio et auteure de "Sois belle et bats-toi !" - Manifeste féministe des femmes féminines.
Assises 2018 - Science, santé, complexité: à qui profite le doute ? Nathalie Picard interview Yves Sciama journaliste scientifique indépendant président de l'AJSPI (Association des Journalistes Scientifiques de la Presse et de la Technologie)
Assises 2018: Sophie Massieu, journaliste baroudeuse et non voyante Aurélie Dunouau interview Sophie Massieu, journaliste indépendante, sur le thème du journalisme et du handicap. Elle a notamment réalisé l'émission "Dans tes yeux" sur Arte.

Disparition de Guy Bonnet

Publié par Alexia Mellier le 10/01/2018
 

Peu de temps après la disparition de François Régis Hutin, patron de Ouest-France, un autre grand journaliste a tiré sa révérence. Guy Bonnet est mort le 3 janvier à l’âge de 94 ans. Une belle carrière, une longue vie ponctuée de jours glorieux ou bien moins.
Dès l’âge de 19 ans, Guy Bonnet est entré dans la résistance, intégré aux maquis FTP. Puis il rejoint la première armée française comme volontaire, deux actes qui lui vaudront d’être décoré de la croix des Combattants volontaires de la Résistance et de l’Ordre national du mérite.
Après la guerre, il écrit plusieurs ouvrages : « Vichy et l’Occupation », « Les Ponts de la Loire en 1940 » ou « La Touraine autrefois ». Dès 1956, Guy Bonnet entre comme journaliste à La Nouvelle République à Châteauroux dans l’Indre puis il arrive à Tours où il occupe plusieurs postes. A 47 ans, il est nommé rédacteur en chef de La Nouvelle République. Le journal garde en mémoire « Son visage [qui] s’éclairait souvent d’un sourire bienveillant ».